Milieu communautaire

L'action communautaire autonome est un vaste mouvement au Québec, mettant en jeu de nombreux acteurs, dans différents domaines : santé et services sociaux, défense des droits, itinérance, femmes, quartiers, logement, famille, alphabétisation, etc. On compte un peu plus de 4000 organismes communautaires dans la province dont 3000 en santé et services sociaux.

Les organismes communautaires se définissent comme constituants d’un mouvement social autonome d’intérêt public, comme des agents de transformation sociale qui agissent en vue de favoriser l’amélioration de la qualité du tissu social et réduire les inégalités.

[En santé et services sociaux,] les organismes communautaires se caractérisent par un fonctionnement démocratique, par une vision globale de la santé et du bien-être des personnes et de la société, par une approche globale, par une action basée sur l’autonomie des groupes et des individus, par une capacité d’innover et par un enracinement dans la communauté. Ils se caractérisent aussi par une vision « autre » du service et par une conception plus égalitaire des rapports entre les personnes intervenantes et participantes, leur contribution ne peut donc être restreinte ou évaluée selon une simple logique d’organisation de services.

Leur intervention se propage bien au-delà de la simple satisfaction des besoins sociaux et des besoins de santé de la population. L’action de ces organismes constitue au Québec un secteur particulier d’intervention dans le domaine de la santé et des services sociaux.
Le mouvement est engagé :

  • dans le travail quotidien, contre la pauvreté et la discrimination, ainsi qu’en vue de l’amélioration de la qualité du tissu social, par la création de groupes d’entraide, de défense de droits et la mise en place de services adaptés aux besoins des personnes en cause, etc.;

  • dans l’action sociale et politique visant une profonde transformation des lois, des institutions, du marché, des mentalités, pour contrer l’exclusion et promouvoir l’égalité entre les hommes et les femmes;

  • dans la création d’espaces démocratiques (démocratisation des lieux d’existence et des lieux de pouvoir) et dans la revitalisation constante de la société civile.

À cet égard, l’action communautaire constitue une contribution essentielle à l’exercice de la citoyenneté et au développement social du Québec. (Source : TRPOCB)

Portrait du milieu communautaire montréalais

En 2013, grâce à une recherche réalisée avec l’appui de l’Agence de la Santé et des Services sociaux de Montréal, les regroupements d’organismes communautaires montréalais démontrent que la région ne dispose pas des ressources nécessaires pour répondre adéquatement aux besoins de sa population.

En complément : Regard sur la défavorisation à Montréal 2011 (dernière étude de la direction de la santé publique publiée juin 2016)

Acteurs en santé mentale

Pour le domaine de la santé mentale, il existe des entités en niveau fédéral, national, régional et local. Dans notre cas, le RACOR en santé mentale est une entité régionale (06 - Montréal).

Fédéral

National-Provincial

Régional

Il existe des regroupements régionaux d'organismes communautaires en santé mentale dans plusieurs secteurs du Québec, sous forme d'organisme permanent ou de table de concertation plus ou moins formelle.

Local

On trouve environ 400 organismes communautaires spécialisés en santé mentale au Québec. Vous trouverez souvent la liste des organismes locaux sur le site web des regroupements régionaux.