Vue de Montréal : Comprendre le Plan d'action en santé mentale 2015-2020

15 décembre 2015. - Comprendre, analyser, s'interroger... Au delà d'un plan d'action de 92 pages, qu'avons nous à en retenir, quelles perspectives pour le milieu communautaire, et comment pouvons nous le percevoir dans notre réalité à Montréal? Dans ce cadre, nous vous proposons de consulter notre document "Commentaires du RACOR en santé mentale sur le Plan d’action en santé mentale (PASM) 2015-2020 Faire ensemble et autrement".

 

"Cinq ans après la fin du Plan d’action en santé mentale 2005-2010, La Force des liens, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, signe un nouveau Plan d’action qui, dans son ensemble, s’inscrit dans la continuité du Plan précédent. Après 10 ans d’efforts plus ou moins soutenus, le personnel du réseau travaillant dans le programme Santé mentale est invité à terminer le virage lentement amorcé depuis 2005. Alors que le milieu communautaire souhaitait un Plan majeur qui devienne une politique gouvernementale, une responsabilité interministérielle, une véritable priorité de société, le milieu de la santé mentale du Québec doit composer avec le contexte et les choix politiques qui ont produit un Plan modeste sans véritables investissements financiers."


...
Lire la suite!


***

Ce texte a été préparé en tentant de traduire ce que pensent les organismes communautaires montréalais en santé mentale et leurs interrogations. Ce texte n’est pas exhaustif et ne prétend pas faire état de tous les dossiers. Nous vous invitons à lire ce texte avec l’idée de nous faire parvenir vos observations, vos commentaires ou vos constats de développements récents avant le 5 février 2016.

 

À la lumière des suggestions reçues, nous modifierons ce document puis nous inviterons en mars les personnes vivant ou ayant vécu un problème de santé mentale, les proches, les intervenants et intervenantes, les bénévoles et tous les organismes communautaires montréalais en santé mentale intéressés à un échange afin de préciser les actions que nous pourrions mener en priorité afin que la situation montréalaise s’améliore.