Face au mur

23 février 2017. - L'année s'annonce triste pour une dizaine d'organismes montréalais, dont notre organisme membre le Centre d’écoute et d’intervention Face à Face, qui risque la fermeture. De façon unilatérale, un vendredi juste avant les fêtes de fin d'année, Centraide du Grand Montréal a annoncé à l'organisme que sa subvention serait définitivement coupée au 31 mars 2017 : 119.000$... soit 50% de leur budget!





Face à Face en bref

Le centre offre aux personnes vulnérables et isolées, de l’écoute active, de l’intervention et un soutien collaboratif au téléphone et en personne dans le but de favoriser le pouvoir d’agir et la réinsertion sociale.
En 2015-2016, l'organisme a :
- réalisé 17 647 interventions d’écoute active
- répondu à 4 677 visites
- fourni des services auprès de 848 personnes qui étaient à risque de devenir sans-abri
- traité 2332 demandes de renseignements en matière de logement
- collaboré avec une centaine de bénévoles, qui ont réalisé 10135 heures de bénévolat.


Un contexte de financement difficile

Depuis 2012, les sommes amassées par Centraide du Grand Montréal avaient toujours été inférieures aux objectifs initialement fixés. De ce fait, en décembre 2016, Centraide a ainsi justifié des coupes sur certains organismes en santé mentale, en déficience physique et handicap physique. Par ailleurs, nous ne connaissons pas la liste complète des autres organisations impactées, ni les raisons exactes.

Parmi nos organismes membres, l'Association canadienne pour la santé mentale - filiale de Montréal a aussi été touchée : elle perdra 30% de son budget au 31 mars 2018. Un coup dur pour la principale organisation de promotion-prévention en santé mentale sur l'île, qui avait souvent été citée comme modèle par Centraide.

Du côté de Face à Face, pris de court avec seulement 3 mois d'avis avant la coupure, la situation est d'autant plus ressentie avec injustice car des représentants de Centraide étaient venus à leur dernière assemblée générale pour les féliciter de leur travail. Face à Face avait aussi mis en place une planification stratégique jusqu'en 2019, et comptait, même après 35 ans d'existence, rester dynamique et engagé dans sa communauté.

Dans un reportage diffusé en janvier sur CTV, Centraide, en plus de nommer ses problèmes de fonds*, pense que comme il existe d'autres organismes dans le centre-ville et ceux-ci pourront prendre le relais. Dans un contexte de financement chronique insuffisant du milieu communautaire, le RACOR ne pense pas que les organismes du secteur se réjouissent d'une augmentation de nombre de personnes frappant à leur porte pour recevoir de l'aide. Impression confirmée lors de discussions avec certains partenaires. Cette vision a aussi d'autres dangers, tels que la fusion d'organismes au détriment des services de proximité.

Un prochain budget décisif

Il semble que la "solution" évoquée à l'automne 2016 par la ministre Charlebois, pour le financement des organismes en santé et services sociaux, qui serait de se tourner vers la charité dans la communauté et les fondations est loin de se vérifier dans la réalité... Si nous tenons à ce que les fonds dédiés au Programme de Soutien aux Organismes Communautaires (PSOC) du gouvernement soient augmentés, c'est bien parce qu'il est "jusqu'à présent" synonyme de stabilité, comparativement aux bailleurs de fonds avec leurs sélections arbitraires des causes à financer et stratégies pour y remédier. De plus, le PSOC offre un encadrement dans le respect de l'autonomie des groupes ; et si un organisme se voit retirer son financement, cela se fait dans un processus transparent emprunt de médiation.

Nous espérons avoir des nouvelles positives pour le financement des organismes communautaires lors du dépôt du prochain budget du Québec. Dans ce sens, notre milieu est mobilisé depuis l'automne 2016 dans une grande campagne unitaire Engagez-vous pour le communautaire qui réclame 475M$ de plus pour l'ensemble des secteurs (santé & services sociaux, défense des droits, alphabétisation, groupes de femmes, environnement, etc.) afin de nous permettre de tout simplement réaliser pleinement nos missions.


* Problème de financement évoqué somme toute relatif puisque la campagne 2016 a été un succès avec 55M$ amassés.


En savoir plus

- Site web de crise du Centre d'écoute et d'intervention Face à Face + Page Facebook
- Site de l'Association canadienne pour la santé mentale - division du Québec - filiale de Montréal + Page Facebook
- Résultat de la campagne de financement 2016 du Centraide du Grand Montréal
- "On PIC ou on PIC pas?" Analyse du RIOCM à propos des enjeux du Projet impact collectif de Centraide du Grand Montréal et du milieu philantropique au Québec