Budget 2020-2021 : Quelques réactions

11 mars 2020 – Le second budget du gouvernement Legault, dévoilé hier, prévoit un rehaussement de 75 M $ pour les organismes communautaires, dont 40 M $ en santé et services sociaux (PSOC). Ce rehaussement, bien que significatif, ne représente qu'une fraction des besoins exprimés par le milieu et chiffrés à 460 M $ par la campagne Engagez-vous pour le communautaire. Nous avons réuni ici quelques réactions du milieu communautaire. Pour un bref survol du budget, nous vous suggérons ce billet de l'Institut de recherche et d'informations socio-économique (IRIS) et cet article de Radio-Canada détaillant les mesures annoncées en santé et services sociaux. Notons que le gouvernement entend verser près de 2,7 milliards de dollars au Fond des générations et dégage des surplus de près de 5 milliards $ en moyenne chaque année depuis maintenant 5 ans.

« De l’augmentation de 370 millions de dollars demandée dans le cadre de la campagne CA$$$H, seulement 40 millions de dollars sont promis pour le Programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC) du ministère de la Santé et des Services sociaux, souligne la Table [des regroupements provinciaux des organismes communautaires et bénévoles]. Dans le contexte où le budget du MSSS est bonifié de plus de 2 milliards de dollars, la proportion du PSOC dans le budget du ministère baisse donc à 0,9% alors qu’il n’était déjà que de 1,4% en 2019-2020. ». – Lire le communiqué de la TRPOCB

En défense collective des droits, le budget ne prévoit aucun financement supplémentaire outre les 1,1 M $ déjà annoncés selon le RODCD.

Pour une deuxième année consécutive et malgré la sévérité de la crise actuelle du logement, Québec n’alloue aucune somme supplémentaire pour les nouveaux projets de logements sociaux. « Alors que la situation de centaines de milliers de locataires du Québec ayant des besoins urgents de logement se détériore rapidement en raison de la pénurie de logements et de la hausse rapide du coût des loyers, le gouvernement Legault a choisi, pour une deuxième année consécutive, de ne pas financer de nouvelles unités de logement social et se contente d’investir 150 millions $ pour compléter le financement des 15 000 unités déjà annoncées dans les budgets antérieurs. » – Lire le communiqué du FRAPRU

Rien, non plus, du côté de l'aide sociale et de la lutte à la pauvreté. Selon le Collectif pour un Québec sans pauvreté, la lutte à la pauvreté vient de passer à la trappe : « En effet, qu’en est-il des besoins des personnes assistées sociales? Le budget ne prévoit rien de rien pour elles. Rappelons qu’avec leur maigre prestation mensuelle de 690 $ et les crédits auxquels elles ont droit, elles n’arrivent actuellement à couvrir que 54 % des besoins de base reconnus. [...] Pour ce qui est de la réduction des contraintes et des pénalités imposées aux personnes assistées sociales, le budget est tout aussi muet. Nous avions espoir de voir des petites avancées du côté des gains de travail permis ou des pénalités pour les personnes qui vivent en couple, mais rien. » – Lire le communiqué du Collectif pour un Québec sans pauvreté.

Soulagement dans le réseau des maisons d'hébergement pour femmes, où des ajouts de 24 millions par année sur 5 ans ont été annoncés. « Bien que ces sommes ne permettent pas de répondre à l’ensemble des besoins, nous saluons les efforts consentis, dit la Fédération des maisons d'hébergement pour femmes. La situation était critique et il urgeait de donner aux maisons d’hébergement les moyens de réaliser leur mission essentielle. Elles doivent pouvoir répondre aux besoins des femmes et des enfants violentés dès le premier appel. » – Lire le communiqué de la Fédération des maisons d'hébergement pour femmes.

« Avec les surplus budgétaires – accumulés au détriment du filet social québécois – le gouvernement avait les moyens de faire beaucoup plus pour le communautaire », se désole Caroline Toupin, coordonnatrice du Réseau québécois de l'action communautaire autonome. – Lire le communiqué du RQ-ACA