Une occasion de faire entendre les mots Santé mentale au niveau municipal

Indiquer le sens du vent pour des changements.

Dans les derniers mois, le thème de la pleine citoyenneté des personnes vivant ou ayant vécu un problème ou un trouble de santé mentale sert de locomotive pour tenter de faire bouger la société.

Il est intéressant de constater une nouvelle ouverture (un peu forcé par des mesures législatives) au niveau municipal. Ce n'est peut-être pas le cadre idéal, car ces démarches sont encadrées par l'Office des personnes handicapées et la plupart des personnes concernées par des problématiques de santé mentale s'identifient rarement comme des personnes handicapées. Peut-être est-il quand même possible de sensibiliser les autorités municipales à certains sujets comme la stigmatisation, l'accès à des logements sociaux, le coût du transport en commun...

De retour du XVIe Colloque de l'Association québécoise pour la réadaptation psychosociale (AQRP)

Le Vieux Québec vue du Hilton.
Québec de nuit.

 

L'Association québécoise pour la réadaptation psychosociale (AQRP) a tenu son seizième colloque au centre des congrès de Québec, endroit qui convient très bien à une foule de plus de 800 personnes qui ont assisté aux très nombreuses conférences, symposiums, formations et ateliers. Plusieurs activités avaient des invités internationaux et de nombreuses personnes utilisatrices de services ont apporté leurs expériences de vie dans la plupart des thématiques. Si vous avez manqué le programme, pour vous mettre à niveau, consultez ce lien.

Pour ma part, j'ai assisté à plusieurs conférences intéressantes et j'ai eu le plaisir de rencontrer des gens très motivés qui ont relancé des idées concrètes à propos du rétablissement et de la pleine citoyenneté.

Plusieurs contenus présentés lors du Colloque sont disponibles sur le site de l'AQRP. Vous pouvez entre autres trouver les résultats du sondage qui avait été réalisé en ligne avant le colloque. Toutes les présentations ne sont pas publiées. Vous pouvez quand même trouver beaucoup de matière à lecture et à réflexion sur plusieurs thèmes tels que la stigmatisation, le rétablissement, la participation des personnes utilisatrices, les pairs aidants, les études, le travail, l'économie sociale, la Gestion Autonome de la Médication (GAM), les premières nations, les proches et les familles, le soutien communautaire, la citoyenneté et plusieurs autres sujets. Personnellement j'ai beaucoup apprécié la présentation «Trouver un sens à la vie».

L'un des ateliers proposait de devenir journaliste pour la durée du Colloque afin de nourrir un blogue déjà en ligne qui permet de vous mettre dans l'atmosphère des trois jours (voir le menu en haut de page pour chacune des journées).

Je me suis prêté au jeu et j'ai écrit quelques textes entre deux conférences, deux cafés et deux jasettes. Ils n'ont pas tous été publiés (les délais). Les voici légèrement remaniés.

Premières impressions
Le lancement du seizième colloque de l'AQRP a été une réussite.

UN CAHIER SPÉCIAL SUR LE COMMUNAUTAIRE AU QUÉBEC DANS LE JOURNAL LE DEVOIR

Je tiens à ma communauté - Je soutiens le communautaire

Dans son édition de la fin de semaine du 20-21 octobre 2012, le journal Le Devoir consacre un cahier spécial sur différentes questions à propos de l'action communautaire. Parmi les articles à lire, nous vous recommandons fortement de lire les deux suivants afin de découvrir comment sont présentés les enjeux... et de vérifier si cela corresponds à votre vision de la situation :

Coalition des tables régionales d'organismes communautaires - Un financement qui laisse à désirer.

Le plan d'action adopté en 2004 ne correspond plus à la réalité.

BILAN DU PLAN D'ACTION EN SANTÉ MENTALE 2005-2010: aurons-nous un jour la vérité?

COSME

Au cours de l’année 2010, la Direction de l’évaluation et de la Direction de la Santé mentale du Ministère de la Santé et des Services sociaux ont entrepris de réaliser une tournée dans chaque région du Québec afin de faire un bilan du Plan d’action en santé mentale 2005-2010 « La force des liens ». Le COSME demande à Réjean Hébert, ministre de la Santé et des Services sociaux d’enfin publier ce document.

Pour en savoir plus...

En vous rendant sur le site du COSME, sur la page d'accueil, profitez-en pour vous inscrire à l'infolettre qui est publiée lorsqu'il y a du nouveau.

Nous vous rappelons que le RACOR publie aussi une infolettre destinée au grand public.

Nous publions aussi une autre infolettre réservée aux organismes membres du RACOR. Si vous désirez ajouter une adresse de courriel pour une personne d'une organisation membre du RACOR, communiquez avec nous à racor@racorsm.com ou au 514 847 0787.

REVOIR L'ARTICLE 16 DU CODE CRIMINEL: EST-CE NÉCESSAIRE?

Statut de la Justice

Plusieurs histoires récentes de meurtres ont soulevé des doutes quant à l'application de l'Article 16 du Code criminel. Cet article se lit comme suit :

1) La responsabilité criminelle d’une personne n’est pas engagée à l’égard d’un acte ou d’une omission de sa part survenu alors qu’elle était atteinte de troubles mentaux qui la rendaient incapable de juger de la nature et de la qualité de l’acte ou de l’omission, ou de savoir que l’acte ou l’omission était mauvais.

Résinstitutionnalisation en santé mentale?

Couloir hospitalier

Comme vous le verrez en lisant les articles qui suivent, les médias sont à l'affût des gestes tragiques que posent des personnes vivant avec des troubles de santé mentale. Si, dans bien des situations, le manque de ressources dans la communauté qui accompagnent ces personnes peut expliquer en bonne partie les catastrophes, les solutions d'exclusions et de mise à l'écart de la société reviennent vite dans le discours public.

OÙ SE SITUE LA SANTÉ MENTALE DANS LES PRIORITÉS DU NOUVEAU MINISTRE DE LA SANTÉ, RÉJEAN HÉBERT?

Réjean Hébert, ministre de la Santé et des Services sociaux

Vous pouvez entendre le nouveau ministre de la Santé et des Services sociaux, Réjean Hébert, expliquer comment il voit la priorité santé mentale. Vous l'entendrez expliquer qu'il souhaite un meilleur arrimage entre les médecins de famille qui sont la première ligne et les services spécialisés.

Interrogé sur le cas de Pascal Morin, déclaré non criminellement responsable des meurtres de sa mère et de ses deux nièces, le docteur Hébert estime que plusieurs patients ayant des maladies mentales se retrouvent entre deux chaises.

Selon lui, lorsqu'il y a une détérioration du patient, il faut que la première ligne intervienne rapidement. Rappelons qu'à la suite du décès de sa psychiatre en 2010, Pascal Morin qui souffre de schizophrénie, avait des médicaments prescrits par téléphone et il y avait moins de suivi avec son médecin de famille.

En point de presse, peu après son assermentation, la priorité de la santé mentale n'est pas apparue. Interrogé par les journalistes, voici ce qu'a déclaré le nouveau ministre à propos de ses priorités ;

Que fera le nouveau gouvernement pour le milieu communautaire oeuvrant en santé mentale?

Le RACOR en santé mentale

Quelques heures après l'élection d'un nouveau gouvernement minoritaire, nous pouvons espérer que sur certains points, parmi les partis en présence, un nombre suffisant de gens s'accorde pour faire avancer les dossiers en santé mentale, particulièrement pour les organismes communautaires qui accompagnent les gens vivant ou ayant vécu des problèmes de santé mentale et leurs proches.

Pendant la campagne électorale, nous avons fait parvenir aux partis politiques l'article Les prochaines élections provinciales et la santé mentale en modifiant légèrement quelques passages pour poser quelques questions. L'Association canadienne pour la santé mentale, division du Québec et l'Association des groupes d’intervention en défense des droits en santé mentale du Québec (AGIDD-SMQ) ont fait un exercice semblable. 

Vous trouverez l'intégrale des réponses reçues (sans les accusés de réception) un peu plus bas.

Voici quelques extraits de réponses de chacun des partis politiques qui pourraient vous intéresser...

LES PROCHAINES ÉLECTIONS PROVINCIALES ET LA SANTÉ MENTALE

À l’approche du déclenchement d’élections provinciales, le RACOR, le regroupement des organismes communautaires en santé mentale de Montréal, veux attirer l’attention des candidats et des médias sur les grands enjeux qui concernent la santé mentale dans la région montréalaise.

Dans le Plan d’Action gouvernemental en santé mentale 2005-2010, on lit que le réseau de la santé mentale doit offrir des services de qualité à l’ensemble de la population. « Pour favoriser cette vision, les mesures du plan visent en priorité la mise en place de services de première ligne en mettant à profit l’expertise des intervenants qui y travaillent. Une organisation favorisant un passage fluide vers les services spécialisés est à la base de ce plan. »

Dans le Rapport annuel de gestion 2010-2011 de l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal,

LES PRÉSENTATIONS 2012 SONT PUBLIÉES !!

Si vous n'avez pas pu assister aux présentations des dernières Journées annuelles en santé mentale organisée par la Direction nationale de la Santé mentale du Ministère, vous avez maintenant la possibilité de lire les présentations 2012 (généralement des PowerPoints) de plusieurs conférences.

En examinant le programme de chaque journée, vous constaterez qu'il n'y a pas de document pour toutes les conférences ce qui est un peu désolant, entre autres pour la consultation « Habiter le territoire et l’espace – Se fonder sur des pratiques concrètes pour favoriser la participation citoyenne et construire une politique claire en matière de logement. » qui a présenté de nombreux angles du sujet pendant une journée et demie.

Notez que les présentations des années précédentes sont aussi disponibles.