SOLIDARITÉ SOCIALE : ON OUBLIE PAS!

Un texte qui s'envole comme un ballon...

19 avril 2013 — Les événements dans l'actualité bouscule les nouvelles plus anciennes qui migrent dans le souvenir avant de sombrer dans l'oubli jusqu'à ce qu'un événement ravive le dossier. Revenons sur les changements à la Solidarité sociale.

Nous vous rappelons deux publications importantes que vous aimerez avoir lues quand la ministre Agnès Maltais publiera la version définitive des modifications proposées à la Solidarité sociale. Découvrez, si ce n'est pas déjà fait, le Mémoire des 17 directeurs de santé publique au Québec et la lettre de la Protectrice du citoyen, Raymonde Saint-Germain, sur le Projet de règlement modifiant le Règlement sur l'aide aux personnes et aux familles. En voici quelques extraits...

COMMUNAUTAIRE ET COMMISSAIRE AU LOBBYISME : LE PROJET DE NOYER LA PAROLE CITOYENNE?

Une condition de plus pour réunir publiquement des gens?

19 avril 2013 —

Des hauts fonctionnaires du gouvernement du Québec continuent à vouloir transformer le milieu communautaire en proposant des modifications de lois qui viendraient changer la nature même des organismes à but non lucratif. Après le droit associatif, voilà que La Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles (TABLE) attire notre attention sur le fait que le Commissaire au lobbyisme du Québec s'apprête à proposer à nouveau des changements majeurs au sujet de la Loi sur la transparence et l’éthique en matière de lobbyisme.

RÉFORME DU DROIT ASSOCIATIF : UNE SUITE SE DESSINE

8 avril 2013 — À la suite de la publication de notre article intitulé RÉFORME DU DROIT ASSOCIATIF : SI LE GOUVERNEMENT OSE, QUE VA-T-IL RESTER DU COMMUNAUTAIRE?, nous avons appris que les ministères, les hauts fonctionnaires et les députés ne partagent pas tous le même point de vue sur cette réforme.

Des conseillers politiques proches de la ministre Agnès Maltais, du ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale, ont indiqué qu'il serait très étonnant que celle-ci appuie une orientation  permettant à des individus, après le changement de loi proposé, de s'enrichir davantage en formant un OBNL à une personne. Ces changements sont soutenus par des hauts fonctionnaires du ministère des Finances et n'auraient pas reçu l'appui politique pour passer aux actes.

Ces propos encourageants sont à prendre avec circonspection tant qu'une confirmation officielle n'aura pas été émise, car... que pensent les autres députés?

LE COSME PASSE À L'ACTION... AVEC NOUS!

 

15 avril 2013. Le réseau COmmunautaire en Santé MEntale (COSME) du Québec lance une grande invitation à tous les organismes communautaires en santé mentale du Québec à participer à une grande journée de réflexion collective sur l’avenir que nous souhaitons pour le milieu de santé mentale. C’est maintenant le temps de passer à l’action. L'événement se passe à Montréal! On vous attends en grand nombre!

Vous trouverez les documents suivants (en cliquant et aussi en bas de page) :

PROJET CHEZ SOI : APRÈS LA DISSOLUTION, DES QUESTIONS!

 

8 avril 2013 — La fin du volet d'interventions auprès des personnes en situation d'itinérance vivant des problèmes de santé mentale du Projet Chez Soi continue de faire des vagues dans les médias... et dans les milieux concernés.

Nous avons donné les détails de la dissolution du Projet de recherche Chez Soi et de la façon dont l'Agence de la santé et des Services sociaux de Montréal a choisi d'orienter les personnes dans les services existants. À peu près au même moment, nous avons appris que le gouvernement fédéral décide d'orienter la Stratégie des partenariats dans la lutte contre l'itinérance (SPLI) vers l'approche « Logement d'Abord », en discontinuité avec les nombreuses autres façons d'intervenir auprès des personnes en situation d'itinérance. 

Le titre de l'article d'Amélie Daoust-Boisvert du journal Le Devoir donne le ton : « Itinérance : frictions entre Québec et Ottawa Québec refuse de se faire dicter ses priorités par le fédéral ».

RÉFORME DU DROIT ASSOCIATIF : SI LE GOUVERNEMENT OSE, QUE VA-T-IL RESTER DU COMMUNAUTAIRE?

Assemblée nationale

28 mars 2013 — Après 1996 et 2004, c'était en 2008-2009 que le ministère des Finances avait, la dernière fois, lancé un processus afin de « moderniser » toutes les législations entourant le droit d'association. Lors de cette dernière consultation, le milieu communautaire avait fortement réagi. Il semble que le Ministère s'apprête à relancer un nouveau projet de loi, semblable au précédent et soulevant plusieurs questions quant à notre avenir collectif.

Nous pouvons prendre connaissance des orientations du Ministère dans un document présenté le 31 janvier 2013 au Réseau québécois de l'action communautaire autonome (RQ-ACA) par un conseiller politique du ministre des Finances et de l'Économie, Nicolas Marceau. Si nous pouvons comprendre la nécessité de clarifier et préciser ce qu'est un organisme à but non lucratif, nous demandons qu'on réfléchisse à la nouvelle classification qui serait proposée... et surtout à ses impacts sur les pratiques du milieu communautaire.

Il y aurait deux types d'organisations à but non lucratif (OBNL). Les organisations privées (OPBNL) et les organisations collectives (OCBNL).

STRATÉGIE DES PARTENARIATS DANS LA LUTTE CONTRE L'ITINÉRANCE (SPLI) : LA DISCONTINUITÉ!

Gens dans un parc

22 mars 2013 — Difficile de comprendre les dernières décisions du gouvernement fédéral dans le soutien des initiatives pour réduire l'itinérance. Il semble que les résultats préliminaires du Projet Chez Soi servent de caution pour justifier un important changement d'orientation et une diminution de budget fédéral dans l'intervention auprès des personnes itinérantes. Les sommes consacrées à ce programme passeront de 134,8 M$ à 119 M$.

Même si l'approche « logement d'abord » permet des changements intéressants (il y a quand même des critiques), n'oublions jamais que toutes les autres approches n'ont pas été évaluées et qu'il est impossible de penser à une approche unique compte tenu de la très grande diversité de personnes se retrouvant en situation d'itinérance, avec ou sans problèmes de santé mentale, de toxicomanie ou autres difficultés.

Selon les résultats de l'enquête réalisée et publiée en décembre dernier par le Réseau d'aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM) auprès de ses organismes membres (dont certains sont aussi des membres du RACOR), environ quarante-cinq organismes et près de 26 000 personnes rejointes seront touchés par ces changements.

Rappelons qu'à Montréal, le projet Chez Soi ferme ses portes le 31 mars 2013. Des services de transition ont été mis en place afin de trouver des solutions dans les prochains mois pour chacune des 250 personnes qui doivent se reloger (la majorité bénéficiait d'un supplément au loyer qui disparaît d'ici un an) et qui doivent être intégrées dans une nouvelle équipe de suivi intensif ou d'intensité variable en santé mentale.

D'autres analyses :
Des choix budgétaires au détriment des organismes communautaires
, un article qui aborde aussi la question du logement social et des coopératives.

SOLIDARITÉ SOCIALE : LE QUÉBEC RÉFLÉCHIT!

Jeunes enfants : les plus touchés?

22 mars 2013 — Il arrive souvent qu'un sujet occupe les médias pendant une ou deux journées. Rarement une semaine. En annonçant des coupures de prestations à la Solidarité sociale, Agnès Maltais et ses fonctionnaires ont lancé sans l'avoir prévu une vaste réflexion publique qui se poursuit sur l'aide que la société apporte et devrait apporter aux plus démunis.

Dans les dernières semaines de nombreux articles, analyses et commentaires ont été publiés comme nous vous en avions fait part dans la deuxième partie de « Inégalités sociales : pour s'y retrouver », alors que nous avions présenté un dossier étoffé de l'Institut du nouveau monde pour comprendre ce que sont les inégalités sociales. Voici maintenant quelques ajouts qui seront autant d'éléments de motivation dans votre engagement citoyen pour trouver des moyens de changer des choses.

INÉGALITÉS SOCIALES : POUR S'Y RETROUVER

Manufacture

11 mars 2013 — Depuis plusieurs semaines les médias présentent des nouvelles à propos de changements dans les règles de l'assurance-emploi, la Solidarité sociale et les frais d'études après le secondaire. En filigrane de ces nouvelles se retrouve la question des inégalités sociales et de ce que la société souhaite faire pour favoriser ou non une meilleure égalité des chances ou une forme de redistribution de la richesse. Pour les personnes vivant avec des problèmes ou des troubles de santé mentale, le soutien de la société peut faire la différence quand il est question de terminer des études, d'intégrer le marché du travail, de trouver un logement, de vivre avec un réseau social et de participer à la vie citoyenne. Même dans une région comme Montréal, notre société, malgré certains efforts, n'offre pas des possibilités égales à toutes ces personnes pour, par exemple, l'accès aux soins, l'accès aux organismes communautaires, l'accès à la première ligne dans les Centres de santé et Services sociaux (CSSS).

Que vous connaissiez ou non les concepts et les questions entourant les inégalités sociales, nous vous invitons à prendre connaissance du dossier d'information complet préparé sur ce sujet par l'Institut du Nouveau Monde (INM). Vous y trouverez des présentations généralement courtes et bien documentées sur plusieurs aspects. Voici les principales entrées pour lesquelles chacune offre d'autres titres :