Le milieu communautaire ébranlé par la pandémie

Depuis le début de la pandémie, le milieu communautaire est forcément plus sollicité : besoin de soutien psychologique, soutien alimentaire... « Nous répondons habituellement à 150 demandes de ressources par année, là, c’est 300 appels en trois mois, c’est très intense », explique Aurélie Broussouloux, directrice du RACOR, le Réseau alternatif et communautaire des organismes en santé mentale de l'île de Montréal.

L’aide d’urgence aux organismes en santé mentale tarde à se rendre

Des organismes en santé mentale attendent toujours l’aide financière d’urgence promise par Québec en août dernier. Relief (anciennement appelé Revivre), qui offre du soutien aux gens vivant avec l’anxiété, la bipolarité ou la dépression, n’a pas reçu un sou de sa subvention. D’autres ont encaissé un premier chèque et espèrent recevoir le reste de l’argent.

Pandémie: de grands défis pour la santé mentale dans l’est de Montréal

Pandémie: de grands défis pour la santé mentale dans l’est de Montréal

1er mai 2021 - Dans le cadre de la Semaine de la santé mentale, Métro Média s’est penché sur les impacts de la pandémie sur les populations plus vulnérables de l’est de Montréal et les organismes qui les soutiennent.

«Quand la pandémie est arrivée, on a dû s’adapter très rapidement, autant la population que les services de santé», soutient Jonathan Brière, directeur des Programmes santé mentale, dépendance et itinérance pour le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Est-de-l’Île-de-Montréal.

Afin de limiter la propagation du virus, le Centre a dû rediriger les services en externe vers le téléphone, la télésanté et les visites à domicile.

À qui sont destinés les fonds d’urgence COVID-19 communautaire en santé et services sociaux?

7 décembre 2020 - À qui sont destinés les fonds d’urgence COVID-19 communautaire en santé et services sociaux?
Les groupes d’actions communautaires sont sur le terrain, jour après jour, afin de soutenir les personnes en situation de vulnérabilité pour améliorer leurs conditions de vie et de santé. Devant l’augmentation inquiétante de la détresse pendant la pandémie, les groupes communautaires ont tenu le phare, avec des ressources très limitées.

Lettre ouverte: Un vide criant

Notre existence commune est traversée par l'événement planétaire le plus marquant de notre histoire récente. Une réorganisation sociale a vu le jour en un temps record. Aucun mouvement social, aucun changement politique n’ont jamais eu un tel impact en si peu de temps dans la vie quotidienne des personnes. Il s’agit surtout d’un choc brutal remplissant d’incertitude toutes les racines de notre existence. Ce moment est pour tous un défi mental de taille

Budget 2020-2021 : Quelques réactions

11 mars 2020 – Le second budget du gouvernement Legault, dévoilé hier, prévoit un rehaussement de 75 M $ pour les organismes communautaires, dont 40 M $ en santé et services sociaux (PSOC). Ce rehaussement, bien que significatif, ne représente qu'une fraction des besoins exprimés par le milieu et chiffrés à 460 M $ par la campagne Engagez-vous pour le communautaire. Nous avons réuni ici quelques réactions du milieu communautaire.

Quatre ans après la réforme Barette : quelle place pour les organismes communautaires dans l’offre de service en santé mentale ?

La participation du milieu communautaire à la structuration des services en santé mentale à travers le partenariat public-communautaire

Un texte de
Mélanie MORRA
École des Hautes Études en Santé Publique

 

Introduction

En 2012, le commissaire à la santé et au bien être déclare que : « [les organismes communautaires ont] un rôle clé en santé mentale, particulièrement à l’égard des services de première ligne » (Commissaire à la santé et au bien-être, 2012).

Le psychiatre Pierre Bleau nommé directeur national des services de santé mentale et de psychiatrie légale

Logo du ministère de la Santé et des Services sociaux

9 juillet 2019 – Le psychiatre Pierre Bleau, directeur de l'urgence psychiatrique au Centre universitaire de santé McGill et professeur adjoint à l'Université McGill, est désormais directeur national des services de santé mentale et de psychiatrie légale au ministère de la Santé et des Services Sociaux (MSSS). C'est en consultant l'organigramme du ministère, mis à jour le 2 juillet, que le RACOR en santé mentale en a fait la découverte.

Richesse alternative et communautaire dévoilée

Le 4 décembre dernier, le RACOR en santé mentale a présenté le tout dernier portrait des organismes membres du RACOR en santé mentale de l'Île de Montréal.

L'après-midi s'est débuté avec une présentation d'Aurélie Broussouloux, directrice générale, suivie d'une discussion sous forme de panel.

La source média référencée est manquante et doit être réintégrée.

Les invités provenaient de secteurs différents:

La santé mentale doit devenir un enjeu électoral central

Appel Sam

12 septembre 2018. – La campagne électorale a officiellement débuté le 23 août 2018, et jusqu’ici peu de mentions ont été faites de la santé mentale. C’est pourtant un enjeu de société important, qui nécessite des engagements de la part des chefs des différents partis politiques au Québec. Sans ces engagements, la réponse aux besoins en santé mentale stagnera une nouvelle fois avec le prochain gouvernement.
Dans ce contexte, le COSME et ses membres, dont le RACOR lancent un Appel pour la santé mentale!